Une interdiction du gaz naturel pourrait-elle causer plus de tort que de bien?

Le réchauffement climatique ou le changement climatique est l'une des principales préoccupations des gens aujourd'hui. De la fonte des calottes polaires aux incendies dévastateurs en Australie, nous nous souvenons de l'impact qu'un environnement changeant peut créer. Même si les climatologues nous disent que dans l'histoire de notre planète, le changement climatique s'est produit et se produira (par exemple, la période glaciaire), nous devons toujours faire ce que nous pouvons pour réduire l'impact des causes anthropiques.

Cependant, une partie du problème est de savoir comment minimiser le changement climatique influencé par l'homme sans conséquences qui augurent de plus grands dommages?

La décarbonisation ou les stratégies d'énergie nette zéro ont commencé à faire surface avec des réglementations qui interdisent le gaz naturel dans les applications résidentielles (et certaines commerciales). Ces stratégies ne sont pas seulement une menace pour nos industries des foyers et des terrasses, elles menacent la disponibilité énergétique et favorisent des coûts beaucoup plus élevés pour les propriétaires, rendant la propriété plus difficile qu'elle ne l'est déjà.

L'industrie des foyers et des terrasses a travaillé dur pour fournir des produits qui améliorent la qualité de la vie familiale et familiale. Du barbecue pour célébrer une occasion spéciale, à un rassemblement autour d'une cheminée pendant les vacances, ces moments sont encore plus valorisés aujourd'hui avec notre vie bien remplie et mouvementée. En fait, des sondages récents montrent que les pièces extérieures avec des feux extérieurs et des cuisines sont parmi les principales caractéristiques que les acheteurs de maisons recherchent. Les foyers et les poêles qui fournissent un chauffage de zone efficace ajoutent au confort de la vie domestique, tout en réduisant la consommation d'énergie et les coûts. Beaucoup de ces produits utilisent le gaz naturel comme source de carburant et disparaîtraient avec une interdiction du gaz naturel.

Une approche plus équilibrée dans nos plans énergétiques et environnementaux semble adopter une stratégie plus sensée, opportune et efficace. Le gaz naturel est un combustible à combustion relativement propre avec un approvisionnement abondant. En usage résidentiel, c'est le carburant préféré des consommateurs pour le chauffage domestique, la cuisine et les applications esthétiques. En ce qui concerne l'empreinte carbone, les sources résidentielles sont minimes par rapport aux transports, aux utilisations commerciales et industrielles, ainsi qu'aux impacts créés par des causes naturelles, telles que les incendies de forêt.

L'électricité n'est pas disponible pour répondre à toutes les demandes énergétiques actuelles. Nous avons constaté des coupures de courant et des baisses de tension qui ont une puissance disponible limitée. Certains d'entre eux ont été planifiés et intentionnels, tandis que d'autres sont le résultat de demandes énergétiques étonnamment élevées.

En 2018, 35% de la production électrique provenait du gaz naturel, 27% du charbon, 19% du nucléaire, 1% du pétrole et 17% des énergies renouvelables. Parmi les énergies renouvelables, 7% étaient de l'hydroélectricité, 6% de l'énergie éolienne, 1,6% de l'énergie solaire, 1,5% de la biomasse et 0,4% de la géothermie (Source: U.S.Energy Information Administration).

Une approche sensée et équilibrée de la consommation d'énergie peut fonctionner pour fournir la meilleure source pour chaque demande donnée et également aider à créer de meilleures pratiques environnementales. Les efforts visant à améliorer l'efficacité énergétique et les produits à combustion plus propre doivent se poursuivre, et l'industrie s'efforce de s'améliorer dans ces deux domaines. Les organismes de réglementation et gouvernementaux doivent travailler avec l'industrie et les groupes de citoyens pour déterminer la meilleure approche pour répondre à nos demandes croissantes d'énergie tout en minimisant les dommages environnementaux.

La stratégie d'interdiction du gaz naturel évoque l'effort malheureux des années 1920 pour interdire les boissons alcoolisées aux États-Unis. Pour résoudre les problèmes de l'alcoolisme et de la violence familiale, de 1920 à 1933, les États-Unis ont appliqué l'amendement 18 qui a établi une interdiction fédérale de certains types de boissons alcoolisées. L'intention était admirable, mais la solution s'est avérée trop radicale et peu pratique. De nombreuses conséquences inattendues indésirables ont suivi, ce qui a incité le 21e amendement à abroger l'interdiction.

Le parallèle n'est pas parfait, mais il parle d'une tentative de solution rapide et unilatérale à des problèmes sans une approche bien pensée et globale. Nous ne devons pas «jeter le bébé avec l'eau du bain». Une ruée vers le jugement peut créer plus de tort que d’aide en ne respectant pas les objectifs environnementaux et en restreignant inutilement des choix et des options énergétiques judicieux.

Nous avons besoin d'une approche réfléchie d'une stratégie énergétique équilibrée qui fonctionne pour répondre à nos demandes variées et croissantes tout en travaillant à minimiser les préoccupations environnementales influencées par l'homme.

Jerry Scott est vice-président directeur de RH Peterson Co. Il peut être joint à jscott@rhpeterson.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *